Recherche

éphémère(s)

fleeting encounters

Nicolas

« Quand il y a un problème en mer, on va chercher les gens. C’est gratuit, l’assistance des personnes, le sauvetage, c’est gratuit. Par contre, ca ne comprend pas le matériel. On sauve les gens, pas leur bateau. Donc si un mec tombe en panne moteur, on va le chercher. Mais pour son bateau, 2 solutions : soit il le laisse, soit il peut payer quelqu’un pour venir le récupérer, le réparer sur place et repartir avec. Vu le prix d’un bateau, généralement, les mecs payent. Mais des fois, ce n’est pas possible. Et dans ce cas, le bateau est abandonné en mer. Derrière, si toi tu arrives et que tu le veux, tu peux le prendre. C’est dans le droit international. Ca s’appelle une Prise de mer. Tu dois t’assurer que personne n’est à bord, puis ramener le bateau et le déclarer. Et il est à toi. »

Nicolas
Le Port, La Réunion (France)

Publicités

Manon

« Je bosse à l’hôpital, comme infirmière, avec des horaires décalés. Je fais une journée, puis le lendemain je suis de nuit. De nuit, ca veut dire 19h-7h du matin. Douze heures de suite. Mais après, j’ai trois jours de repos. Et j’aime bien bosser la nuit. C’est plus calme. Bon, en réanimation, il n’y a pas vraiment de moment où il n’y a rien à faire, mais quand même, la nuit c’est plus calme. Et je crois que je ne pourrais plus bosser avec des horaires classiques. Tu as l’impression d’être tout le temps au boulot. Alors que là, j’ai mon rythme. Non mais je te jure, c’est parfait pour moi. »

Manon
Terre Sainte, La Réunion (France)

Louis

« Dans un groupe que j’encadrais, dans ce canyon, il y avait un mec, très grand, noir, très musclé. Le genre de mec tu ne vas pas emmerder. Et là, après le toboggan qui finit en tourbillon, je le vois, en larmes sur la plage. Effondré. Il venait de perdre son alliance dans l’eau. On a cherché, rien. Mais derrière nous, il y avait une fouine. Une fouine, c’est un pro du canyoning qui passe dans les rivières et ramasse tout ce qui traîne. Genre 3 ou 4 GoPro à chaque fois. Le mec, il sait où chercher. Il nous a entendu, il a fouillé, et il a retrouvé l’alliance. Incroyable.  »

Louis
Hell-Bourg, La Réunion (France)

Annabelle

« On vient de Savoie, mais on n’y habite pas vraiment. On travaille pour Médecins sans Frontières. On n’est pas médecins, on s’occupe de la logistique, de l’implantation de nouveaux sites. Ça peut prendre différentes formes, un peu de tout en fait : des camps, un service dans un hôpital, même la création d’un nouvel hôpital… c’est au cas par cas selon les lieux et les pays. Mais aujourd’hui, on est en vacances sur l’Île, entre 2 missions. »

Annabelle
Grand Place les Hauts, La Réunion (France)

Ross

« Je suis coiffeur. Je veux aller me former en métropole, mais ça coûte cher. J’avais un plan pour aller à Reims, tu connais ? Il y a un coiffeur du quartier qui devait me prendre en apprentissage. Mais ça n’a pas marché. Il faut que je trouve un autre plan, je veux vraiment y aller ! »

Ross
Saint-Pierre, La Réunion (France)

Sadam

« Tiens, c’est pour toi. C’est un Cot Citron. C’est comme de la limonade, y’a pas d’alcool. Goûte. Comme ça tu pourras écrire dans ton carnet que tu as rencontré un mec avec des dreads bleues qui t’a offert un Cot Citron. »

Sadam
Saint-Pierre, La Réunion (France)

Édouard & Rosalie

« Il faut que tu montes au Piton de la Fournaise en fin de journée. Que tu sois en haut pour le coucher du soeil. Et ensuite, quand il fera noir, tu verras la lave sortir du cratère, avec les étoiles au dessus. C’est magnifique. »

Édouard & Rosalie
L’Éperon, La Réunion (France)

Simon

« Un volcan, en dessous, ca explose la terre autour de lui. Ça fend les roches, ca emporte des blocs entiers quand une éruption a lieu. On a tous en tête le schéma de l’école primaire, avec la poche de magma dans le sol, et un beau tuyau bien droit qui emmène là lave jusqu’au cratère. L’idée est là, mais la faille éruptive, c’est tout sauf un beau tuyau tout lisse. C’est le magma qui en montant perce la croûte terrestre, avec la pression. Ce sont des fissures, maximum un mètre de large, souvent beaucoup moins. Et ça explose tout. »

Simon
L’Éperon, La Réunion (France)

Jean

« Je joue pour le soleil. Tu vois, tous les soirs je viens là, je me pose, et je joue pour le soleil qui se couche. »

Jean
Saint-Leu, La Réunion (France)

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑