Recherche

éphémère(s)

fleeting encounters

Aung Than

« Il n’y a pas de peintre dans ma famille, j’ai dû apprendre tout seul. Au début, ce n’était pas simple, mais avec l’entraînement, ça devient plus facile. »

Aung Than
Lac Inle (Birmanie)

Publicités

Joosje

« J’avais le choix pour le début de mon stage. Je pouvais le commencer en septembre, décembre ou mars. Je me suis dit que mars c’était génial, ça me laissait 6 mois pour voyager ! »

Joosje
Lac inle (Birmanie)

Francesca & Carola

« L’université est nulle en Italie. Vraiment. Sauf si tu fait médecine ou quelques filières très traditionnelles. Mais sinon c’est nul. C’est plus cher qu’ailleurs en Europe, pour un niveau moins bon. Il y a un problème quelque part, non ? Du coup, on essaie tous de partir étudier à l’étranger. »

Francesca & Carola
Lac Inle (Birmanie)

Wilhelm

« J’étais avec des amis, à New York City. On a fait une escape room l’après midi. Puis on est allés boire des bières. Beaucoup de bières. A un moment, l’un de nous, alors qu’on étaient tous bourrés, a dit que ce serait cool de faire une autre escape room. On y est allés, on a fini par en faire trois autres cette nuit là. Et on les a toutes réussies. La dernière, pour ouvrir la porte, on devait appuyer sur une espèce de grand puzzle, dans un ordre précis. J’avoue que sur le moment, on n’y arrivait pas. Et le temps passait. Du coup, sur une impulsion, je me suis mis à appuyer partout, super vite. Le taux de propabilité de trouver la combinaison était infime. Mais tu sais quoi ? Ça a marché. J’ai ouvert la porte ! »

Wilhelm
Nyaung Shwe (Birmanie)

Maung Pa

« En 1975, il y a eu un très grand tremblement de terre, ici, à Bagan. Beaucoup de temples se sont effondrés. Ce qu’il faut savoir,c’est que les rois d’autrefois, lorsqu’ils construisaient des temples, enterraient une partie de leur trésor dans un cavité en dessous, pour faciliter leur accès futur au nirvana. En 1975, la Birmanie pays était contrôlée par un régime armé. C’étaient les pires hommes du pays. Pas un seul n’était un honnête homme. Quand ils sont arrivés à Bagan et qu’ils ont vu que des cavités étaient ouvertes, à cause du tremblement de terre, ils ont cloîtré les gens chez eux, en leur disant que la terre allait encore trembler et qu’il ne fallait pas sortir. Puis, ils en ont profiter pour piller les trésors des temples. »

Maung Pa
Bagan (Birmanie)

Chelsie

« La première fois que j’ai posé un pied à Londres, je n’avais pas du tout l’habitude du climat. Je viens de Brisbane, et c’était l’été chez nous. Et même l’hiver, en fait, à Brisbane il ne fait jamais vraiment froid. Donc j’ai pris l’avion comme j’étais : en short et t-shirt. Et je suis arrivée comme ça. A Londres. En plein hiver européen. »

Chelsie
Bagan (Birmanie)

Myo

« D’abord, la capitale c’était Inwa. Puis, en 1848, elle a été déplacée à Mandalay. Plus tard, on l’a mise à Yangon. Et depuis 2005, c’est Nay Pyi Daw. Il faut croire qu’on aime bien changer de capitale. »

Myo
Inwa (Birmanie)

Frederike

« Il y a tellement de guirlandes dans ce temple, on se croirait à Noël. C’est ça, c’est le temple de Noël ! »

Frederike
Mandalay (Birmanie)

Barbara

« Un matin, j’étais dans ma chambre, et impossible de sortir. Ma porte était complètement bloquée. Du coup, j’appelle Anne-Lise, pour qu’elle essaie d’ouvrir de l’autre côté. Pas moyen. Alors elle est descendue, car le propriétaire habite au dessous. Et une heure après, on avait un serrurier qui était là pour débloquer la porte. Bon, moi, j’ai pris ma douche puis je me suis recouchée en l’attendant. Qu’est ce que je pouvais faire d’autre ? »

Barbara
Yangon (Birmanie)

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑